• De Milan à Naples, à Palerme, du regard des femmes les plus troublantes aux secrets des artistes les plus jaloux de leurs ténèbres, de la guérilla économique des industriels aux crimes des mafieux, d'Alberto Savinio au Caravage, de Ferdiando Camon à Elsa Morante, d'Alberto Moravia à Francesco Rosi, de Leonardo Sciascia au condottiere Gianni Agnelli, de Giorgio De Chirico à Umberto Eco, croquis pris sur le vif, études lentement mûries, conversations passionnées dessinent, dans les miroirs que l'auteur promène tout au long de ces feuillets de route, un parcours initiatique et baroque à travers l'Italie d'aujourd'hui.

    Sur commande
  • Le corps de Naples

    Jean-Noël Schifano

    «Ces nouvelles chroniques napolitaines recoupent des faits vrais et vérifiables, quelle que soit l'époque, la plus proche comme la plus lointaine. J'ai simplement mis en forme réaliste baroque l'actualité et l'Histoire que traversent crimes et amours. Actualité et Histoire offrant une source contemporaine unique de connaissance et d'émotion».
    Jean-Noël Schifano.

    Depuis Chroniques napolitaines (1984) jusqu'à Encore un tour autour de la vie (2016), tous les livres de Jean-Noël Schifano portent la marque de son inépuisable et contagieuse passion napolitaine. Comme la plus humaine des passions.

    Sur commande
  • Six histoires vraies - et d'autant plus incroyables - dérobées aux archives dormantes et aux mémoires anonymes couvrant les scandales des plus puissantes familles du royaume de naples, du xve au xviiie siècle.
    Le prince carlo gesualdo, immortel musicien, assassin de son épouse adultère et de son amant ; lavinia, la religieuse, et pier francesco dont les folies érotiques mettent à feu et sang le couvent de saint-archange, lieu d'abominations ; masaniello, le lazzarone empoisonné par le pouvoir absolu et qu'un peuple en délire acclame, décapite et vénère ; tibero de vera, le sodomite exemplairement supplicé ; tirinella et alvise massacrés pendant leurs ébats nocturnes ; la belle et mystérieuse orsola, qui jamais n'avoua le meurtre de sa maîtresse dona gaetanina escobar.

    Sur commande
  • N grand portrait de femme libre dans tous les pièges de l'existence et les tumultes d'une époque. Une traversée de l'Italie en partant de Paestum, au sud de Naples ; puis, entre 1960 et 1970, entre la « dolce vita », les attentats sanglants des néo-fascistes, les manoeuvres des pouvoirs occultes, la secrète amitié passionnée que vivent Anna et Giannatale, le narrateur... Et puis, c'est surtout l'aventure d'un couple atypique, celui que forment le riche comte Roberto Clerici Venosa et son épouse, Anna Amorosi, femme simple et blessée à vie, mais d'une beauté, d'une hardiesse, d'une sensualité à faire tomber les rois. Avec Giannatale, depuis Naples, on vivra la vie d'Anna : de la Rome d'Alberto Moravia au MET de New-York, une navigation à vue et à plaisirs d'île en île, de Procida d'Elsa Morante à Malte du Caravage en passant par les îles Pontines, Wight et ses fleurs, Alcatraz et ses Indiens, la Crète, la vraie vie amoureuse et tragique d'Anna Amorosi qui, dix années durant, fit scandale planétaire à quelques pas du Vatican, en se jouant jusqu'à son assassinat inattendu. Anna Amorosi, sous la forme romanesque donnant à voir des faits réels et historiques précisément documentés, renoue avec les meilleures Chroniques napolitaines de son auteur, toujours inspiré par Naples et le caractère ardents des Napolitaines, dans l'universel bouleversement d'une fin de siècle.

  • la naples de ce dictionnaire amoureux est la naples que jean-noël schifano a vue et vécue au quotidien, de l'intérieur, au fil des années voluptueuses, douces et violentes, traversées par les tremblements de terre et les guerres des clans camorristes.
    au milieu d'une débauche de couleurs, de cris, de saveurs, il dénonce ici, en amoureux et sans détour, les clichés, les préjugés et les contrevérités ou trucages historiques les plus tenaces... mais surtout, à partir de son expérience intime, sensuelle et culturelle, il révèle, avec science et passion, le génie de la vie napolitaine, d'une civilisation unique en europe. son rapport à naples passe d'abord par une gourmandise insatiable pour tous les dons qui se déversent - beautés, nourritures charnelles et spirituelles, merveilles évidentes et bizarreries apparentes - de l'immense corne d'abondance trois fois millénaire qu'est cette ville singulière, et plus que jamais, pour tout amant de la vie, capitale.

    Sur commande
  • 1938. Naples. Le professeur Renato Caccioppoli (1904-1959) est un génie napolitain des mathématiques, universellement reconnu, et une figure célèbre dans sa ville. D'une beauté diabolique, ce petit-fils déjanté de Mikhail Bakounine se met en tête de pourrir la rencontre en fanfares et défilés des deux compères, Mussolini et Hitler, venus passer une journée, le 5 mai, dans la grande Cité capitale couverte de croix gammées et de faisceaux fascistes.
    En plein triomphe du nazisme, aux yeux de toute une population et de toute une Europe qui hurlent à la guerre et d'une Italie qui, la même année, vote les lois raciales, un homme se dresse, l'ironie à la bouche et au geste, et ridiculise le racisme, le conformisme, la soumission, la bêtise.
    Une histoire vraie, exemplaire, lumineuse, folle, ivre, drôle et tragique.

    Sur commande
  • «Ces trois chroniques recoupent des faits vrais et vérifiables, quelle que soit l'époque, la plus proche comme la plus lointaine. J'ai simplement mis en forme littéraire, comme je l'ai fait, entre autres, dans Chroniques napolitaines et dans Everybody is a star, l'actualité la plus récente et l'Histoire la plus lointaine. Actualité et Histoire ne faisant qu'une source contemporaine unique de connaissance et d'émotion.» Depuis Chroniques napolitaines (1984) jusqu'à Encore un tour autour de la vie (2016), tous les livres de Jean-Noël Schifano portent la marque de son inépuisable et contagieuse passion napolitaine. Comme la plus humaine des passions.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Naples, automne 1619. Une fille du peuple, Antonia Gargano, est violée par un garde du vice-roi espagnol : juin 1620, naît Masaniello, personnage central du roman, attendu et accueilli dans une liesse énorme. Il grandit, enfant parmi les enfants aux mille métamorphoses, dans les quartiers les plus misérables et les plus ardents de la ville. Devenu homme, emporté par le plaisir paradisiaque d'exister, il fait corps avec la ville et ses foules tumultueuses, qui l'enveloppent et le guident à la fois vers de magnifiques turpitudes et de sublimes recueillements.
    Vingt ans plus tard, la belle Berardina apparaît dans la vie de Masaniello ; et c'est ensemble que les amants vengeront, par un assassinat atroce aux Portes des Enfers, les offenses, les violences et les crimes subis par le peuple de la joie. Et, en 1647, dans une Naples à feu et à sang, Masaniello renverse le vice-roi, prend tous les pouvoirs tout en refusant le Pouvoir jusqu'à la folie et la mort.
    Un roman ? Certes, avec les destins croisés de dizaines de personnages historiques, à commencer par Masaniello et Berardina. Mais aussi la chronique d'une époque et de la ville de toutes les transgressions, dont les rebondissements fascinants nous sont offerts par un écrivain pour qui la fiction ne peut surgir que des feux d'artifice secrets de l'Histoire.

    Sur commande
  • Giacomo Frattini était considéré par tout le monde comme un modeste délinquant spécialisé en vols à la tire et petits braquages.
    Quelques mois, et le grand saut dans un des deux clans principaux de la camorra, un sobriquet conquis en deux temps trois mouvements, 'o 'Nfamone, un blason épinglé à un bon vivant, un jovial qui donne la male fin. L'adoubement ironique au chevalier de la mort. Mais certains disent que les exploits criminels de Giacomo Frattini n'y sont pour rien. Il reviendrait aux filles de Naples, à celles qui ont partagé quelques heures son intimité, de l'avoir rebaptisé "le Gros Infâme".
    Faire l'amour avec "le Gros Infâme" était devenu une excitante curiosité, plus qu'un plaisir ou une crainte... Comme communier à San Gennaro... Il en est d'autres qui racontent que des concours obscènes entre détenus lui auraient valu ce second surnom, lourd à porter, même dans une honorable société où chaque membre vaut son poids de sang.

    Sur commande
  • Cette ville, capitale trimillénaire, dont la vie à la vitalité inusable jusqu'à la désespérance semble tenir du miracle d'endurance, d'expansion dans l'adversité même, n'est-elle qu'une ville ? Les Napolitains les plus avisés ne parlent-ils pas de «Nation napolitaine» ? Mais pourquoi séduit-elle aveuglément, inquiète-t-elle, fait-elle encore peur, quoi qu'on en dise, quoi qu'on en chante les amours et les jouissances, comme notre dernière chimère ?...
    Naples apparaît telle que Jean-Noël Schifano nous la montre, avec science et passion, dans sa splendeur, identique en ses pérennes métamorphoses : elle est non seulement une ville unique au coeur de l'Occident, mais, aujourd'hui encore et plus que jamais, une véritable civilisation qui, contrairement aux autres, nous le savons désormais, n'est pas mortelle.
    />

    Sur commande
  • Un journaliste napolitain.
    Un taxidermiste poète et nain. Une jeune fille. Un lecteur d'Université. Et les comparses plus ou moins célèbres de notre histoire contemporaine. Epoque, donc : début de siècle, fin de millénaire, décembre 2000 et les dix-sept ans qui ont précédé. Lieux : trois continents, l'Europe, l'Amérique, l'Afrique. Thème : des amours de frontière sublimes et extrêmes dans un monde fractal aux sentiments grotesques et aux trafics tragiques...
    L'auteur a parfois masqué les noms des personnes devenues personnages, révélé certains d'entre eux, déplacé une scène ou une sculpture, à peine condensé des rôles, afin de laisser croire qu'il s'agit là d'un roman, celui de notre univers qui se démembre. Or, dans le roman L'éducation anatomique, jusqu'à la dernière pièce du puzzle, de l'actualité au mythe, des scènes érotiques aux infiltrations-policières, tout est vrai.

    Sur commande
  • Rome, novembre 1984-novembre 1985.
    Peut-on tout se dire, dans la tendresse amoureuse qui, quelques jours durant, laisse à découvert les secrets les mieux gardés de deux vies, en miroir l'une de l'autre? Tomber les masques, au vrai plus que Rousseau, plus que Lamiel, plus que Leiris, même ?
    Le jeu secret quand la vie et l'amour ne tiennent qu'à un fil : aveu contre aveu.
    Que se passe-t-il d'essentiel entre Elisa, l'immense écrivain, qui survit un peu de temps encore à son suicide, et son traducteur, Giannatale, qui désire, après l'oeuvre, traduire la plus voilée des vies?...
    Il y a deux amours fusionnels dans ce petit livre, mots et chairs, qui se passent entre deux chambres, et se poursuivent au coeur des milliers de pages écrites par Elisa. Éphémère, l'amour de Giannatale avec Polina. Éternel, l'amour pour Elisa. Tous deux partagés à la passion. Il y a le jeu jusqu'à la mort des vérités enfin dites.

    Sur commande
empty