Librairie Generale Francaise

  • Collection « Classiques » dirigée par Michel Zink et Michel Jarrety Nerval Les Filles du Feu / Les Chimères et autres textes « Même en dehors de Sylvie, il y a chez Nerval une infusion omniprésente du souvenir, une chanson du temps passé qui s'envole et qui se dévide à partir des rappels même les plus ténus de naguère comme de jadis, et que je ne vois à aucun autre écrivain. Ce n'est pas une résurrection quasi hallucinatoire du passé, comme il arrive aux meilleurs moments de Proust, tout proches parfois de l'illusion de la fausse reconnaissance, c'est plutôt, évoqué dans sa prose par quelque sortilège, le contact d'aveugle qu'on éprouve en retrou-vant la maison et le jardin de son enfance. Comme si ce monde révolu était le seul endroit où, instinctivement, infailliblement Nerval s'y retrouve, et nous en convainc immédiatement. » Julien Gracq.

    Un tel monde révolu est ce qui définit au plus près les oeuvres ici réunies où se retrouvent à la fois le « rêveur en prose » et le poète des Odelettes et des Chimères. Les Petits châteaux de Bohême recomposent les âges de Nerval ; les Promenades et Souvenirs ne séparent pas le passé des lieux que l'écrivain traversa. Quant aux Filles du Feu, c'est sous le titre Amours perdues qu'il songea un moment à les publier. Comme souvent chez Nerval, ces différentes oeuvres ne cessent pas d'être une quête.
    Présentation et notes par Michel Brix.

    Ce volume contient :
    Petits châteaux de Bohême - Les Filles du Feu : Angélique / Sylvie / Jemmy Octavie / Isis / Corilla / Emilie - Les Chimères - Promenades et Souvenirs.

    Sur commande
  • " Nerval Aurélia Une dame que j'avais aimée longtemps et que j'appellerai du nom d'Aurélia, était perdue pour moi. Peu importent les circonstances de cet événement qui devait avoir une si grande influence sur ma vie. Chacun peut chercher dans ses souvenirs l'émotion la plus navrante, le coup le plus terrible frappé sur l'âme par le destin ; il faut alors se résoudre à mourir ou à vivre : - je dirai plus tard pourquoi je n'ai pas choisi la mort. " A la différence du narrateur, Nerval choisit la mort un jour de janvier 1855, laissant Aurélia inachevé. Le récit, qui ne dissocie pas le rêve et la vie mais au contraire les réunit - c'est son sous-titre -, affirme la quête de l'unité perdue par un Je qui raconte et commente tour à tour l'expérience qu'il entend dépasser dans une harmonie retrouvée.
    Présentation et notes par Michel Brix.
    Texte intégral. "

    Sur commande
  • >Nerval Sylvie « Si un écrivain a cherché à éclairer les lois profondes presque insaisissables de l'âme humaine, c'est Gérard de Nerval dans Sylvie. Cette histoire qu'on a qualifiée de peinture naïve, c'est le rêve d'un rêve. Gérard essaie de se souvenir d'une femme qu'il aimait en même temps qu'une autre. En évoquant ce temps dans un tableau de rêve, il est pris du désir de partir. Il arrive... dans un pays qui est plutôt pour lui un passé et ce qu'il voit alors, pour ainsi dire détaché par une nuit d'insomnie, est entremêlé si étroitement aux souvenirs qu'on est obligé à tout moment de tourner les pages qui précèdent pour voir où on se trouve... présent ou rappel du passé.
    La couleur de Sylvie est une couleur pourpre d'un rose pourpre en velours pourpre ou violacé, et nullement les tons aquarellés d'une France modérée. Gérard a trouvé le moyen de donner à son tableau les couleurs de son rêve. » Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve.

    Edition de Marie-France Azéma.

    Sur commande
  • Tous trois parus dans les dernières années de Nerval, Les Illuminés, Pandora et Aurélia trouvent leur cohérence dans le thème de la folie. Ils l'abordent pourtant de façon très différente car si Les Illuminés rappelle combien raison et déraison se trouvent mêlées chez des personnages du passé en qui l'écrivain, pour une part, se reconnaît, dans Pandora et Aurélia, ces récits d'amours torturantes où se mêlent le rêve et la vie, il écrit la folie afin de s'en préserver. " Tout est fini, tout est passé ! C'est moi maintenant qui dois mourir et mourir sans espoir. " La descente aux enfers appelle pourtant la remontée vers la lumière. C'est au drame de Nerval que ces oeuves sont arrachées.

empty