Gallimard

  • Voici le premier tome de l'édition entièrement nouvelle des oeuvres complètes de Nerval. Ce tome était depuis longtemps attendu puisque le tome II a paru en 1984. C'était aussi le plus difficile à organiser, en raison de la médiocrité des travaux antérieurs, de la difficulté à accéder à plusieurs manuscrits et de l'extraordinaire prolifération des articles auxquels Gérard a donné beaucoup de son temps et de son talent. Il n'a pas fallu moins d'une équipe pour le mener à bien.
    L'édition suit l'ordre chronologique, seule présentation capable de faire saisir l'étonnante trajectoire qui, en un quart de siècle, transforma le jeune Labrunie ou M. Gérard en Gérard de Nerval, pseudonyme définitif qui n'apparaît qu'en 1836. Durant les dernières années de la Restauration, disciple de Boileau et de Voltaire, il s'enrôle parmi les libéraux qui font la guerre aux ultras et témoigne alors d'une fécondité qui se traduit par des centaines de vers dont la plupart étaient restés inédits. En 1830, il se convertit au romantisme, qu'exprimeront les Odelettes, un romantisme discret par rapport à celui qu'arboraient ses amis du Petit Cénacle (même s'il a participé à la bataille d'Hernani) et il proteste contre la confiscation de la révolution de Juillet par la bourgeoisie. Mais il s'accommodera assez bien du régime de Louis-Philippe, collaborant à des journaux gouvernementaux, La Charte de 1830 et Le Messager, avant de devenir l'un des chroniqueurs dramatiques de La Presse. Passés au crible de la rigueur, et tous recueillis à leur date, les articles de Gérard montrent son très vif intérêt pour la scène : lors même que les pièces dont il doit rendre compte sont médiocres, il sait en donner des résumés intéressants, et formuler des appréciations qui constituent ces nombreuses pages en une histoire de l'art dramatique dans laquelle ne sont oubliés ni Shakespeare ni Sophocle.
    Parallèlement à ce travail de grand journaliste, où apparaissent les sources majeures des oeuvres de la fin, Nerval esquisse des nouvelles et, loin d'oublier la poésie, crée six sonnets qui, douze ans avant Les Chimères, sont de purs diamants. En 1841, le long apprentissage est terminé. Les éléments des grandes oeuvres de 1850-1855 sont prêts. Mais Nerval ne se risque pas à donner forme à ces oeuvres ; il préfère encore l'esquisse à l'achèvement. Il sait que son heure viendra. Tout ce qui prépare le Voyage en Orient, Les Filles du Feu, Aurélia est ici en devenir.

    Sur commande
  • Cette nouvelle édition de Gérard de Nerval réunit ses oeuvres complètes. Elle se compose de trois volumes dont les textes sont distribués chronologiquement, depuis les premiers essais poétiques qui virent le jour sous la Restauration jusqu'à Aurélia que sa mort laissait inachevé.
    Le premier volume à paraître est le tome II, qui recueille les écrits des années 1850-1852, où commence à se dessiner l'image du dernier Nerval. Il contient Les Faux Saulniers, étonnant récit publié en feuilleton et qui n'a pas été édité depuis plus d'un siècle. Puis, le Voyage en Orient, admirable massif central de ce volume, avec ses aspects graves et souriants, et sa première assise, le Carnet du Caire, dont les notes souvent énigmatiques ont été mises à la question. Enfin, Les Illuminés, portraits d'originaux avec qui Nerval se sentait des affinités.
    Les textes littéraires sont suivis des articles écrits par Nerval et de sa correspondance pendant les mêmes années 1850-1852.

    Sur commande
  • «Le cercle se rétrécit de plus en plus, se rapprochant peu à peu du foyer». Le cercle dit l'enfermement, mais aussi la concentration. Dans ce tome III, qui couvre les trente derniers mois de l'existence de l'écrivain, Nerval en a fini avec le journalisme et cette bonne conscience que procurent la tâche accomplie et les feuillets publiés. Il est prêt pour le plus périlleux des voyages : celui qui mène aux profondeurs du moi, aux abîmes de l'âme. Malgré de longs séjours dans la clinique du Docteur Blanche, malgré les crises et les accès de folie de plus en plus nombreux, il écrit ses plus grands textes. Poésies, nouvelles, récits de voyages rassemblés dans ce volume témoignent de son énergie et de son étonnante créativité.
    L'hiver 1855 verra Nerval, sans domicile fixe, errer dans Paris. Le 25 janvier, dans un état misérable et par un froid glacial, il se fait arrêter pour vagabondage. Du même jour date sa dernière lettre à sa tante Labrunie : «Ma bonne et chère tante [...] Quand j'aurai triomphé de tout, tu auras ta place dans mon Olympe. Ne m'attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche.» Le 26 janvier, au matin, Gérard de Nerval est trouvé pendu, rue de la Vieille-Lanterne.

    Sur commande
  • Aurélia

    Gérard de Nerval

    " Nerval Aurélia Une dame que j'avais aimée longtemps et que j'appellerai du nom d'Aurélia, était perdue pour moi. Peu importent les circonstances de cet événement qui devait avoir une si grande influence sur ma vie. Chacun peut chercher dans ses souvenirs l'émotion la plus navrante, le coup le plus terrible frappé sur l'âme par le destin ; il faut alors se résoudre à mourir ou à vivre : - je dirai plus tard pourquoi je n'ai pas choisi la mort. " A la différence du narrateur, Nerval choisit la mort un jour de janvier 1855, laissant Aurélia inachevé. Le récit, qui ne dissocie pas le rêve et la vie mais au contraire les réunit - c'est son sous-titre -, affirme la quête de l'unité perdue par un Je qui raconte et commente tour à tour l'expérience qu'il entend dépasser dans une harmonie retrouvée.
    Présentation et notes par Michel Brix.
    Texte intégral. "

    Sur commande
  • Les illuminés

    Gérard de Nerval

    Cagliostro cazotte, le " roi de bicêtre ", restif de la bretonne, ces illuminés et quelques autres " excentriques de la philosophie " ou " précurseurs du socialisme ", leur histoire, c'est un peu l'éloge de la folie de gérard de nerval.
    Egarements du coeur, égarements de l'esprit, égarements de la chair aussi, et nerval n'a sans doute rien écrit de plus subtil que ces pages oú, à travers les confidences de nicolas, il porte à son point de perfectionnement poétique la tradition libertine du xviiiè siècle.

    Indisponible
empty