Arts et spectacles

  • Ce sont trente années d'expérience et de réflexion que nous livre ici Nikolaus Harnoncourt, dans ce qu'on peut considérer comme une véritable «philosophie de la musique ancienne». Paradoxalement la conception historique qu'Harnoncourt développe ici est à la base de l'interprétation la plus moderne qui soit, et en fait l'un des grands novateurs de ce siècle. La musique des siècles passés - et en particulier la musique baroque, où la dimension rhétorique est considérable - est pour lui une langue que le musicien du XXe siècle - aussi bien l'exécutant que l'auditeur - se doit de rapprendre s'il veut comprendre et faire comprendre le discours musical.
    Au-delà des querelles esthétiques, c'est dans cette optique d'une meilleure intelligence de la musique que s'inscrit la recherche historique d'Harnoncourt sur les instruments anciens, les problèmes de notation, de tempo, d'articulation, d'ornementation, mais aussi sur la fonction sociale de la musique et des musiciens. L'authenticité, dont on l'a trop souvent cru l'apôtre, n'est en tout cas qu'un moyen pour redonner tout son sens à notre pratique musicale, pour nous permettre de n'être plus de simples consommateurs.

    Sur commande
  • Art et technique

    Pierre Francastel

    Depuis un siècle, les arts plastiques ont accompli leur révolution.
    Durant la même période, les progrès des sciences et des techniques ont abouti à une transformation complète de notre connaissance de l'homme et de l'univers.
    Comprendre cette période, en décrire les différentes phases et en dénombrer les forces créatrices, telle est l'ambition profonde d'art et technique.
    Qu'il s'agisse d'esthétique industrielle ou d'architecture, de sculpture, de peinture abstraite, l'ouvrage de pierre francastel est irremplaçable.

    Il constitue à ce jour la seule analyse conséquente de la fonction artistique moderne et de son insertion dans notre société.

    Sur commande
  • La couleur ? Elle fascine et séduit. Elle semble échapper à toute appréhension. Longtemps son caractère « accidentel » a paru décourager toute science : sur elle, on ne pouvait fonder un art. D'où la prééminence du dessin.
    Newton relance la recherche en établissant que la lumière blanche n'est pas homogène mais composée. Après lui Buffon, puis Goethe firent place aux couleurs accidentelles, ces couleurs d'origine physiologique qu'ils rapportaient à l'oeil percevant.
    Chevreul, savant chimiste, remet en question, dans les années 1840, les rapports admis de l'oeil et de l'objet perçu en établissant la loi générale qui régit la perception des rapports entre couleurs contiguës. Une revalorisation de la couleur s'ensuivit qui a exercé une influence considérable sur plusieurs générations de peintres : Delacroix, les impressionnistes, Van Gogh, Gauguin, Seurat, Signac, les symbolistes, les futuristes et Delaunay. Ce changement de paradigme ouvre sur la conquête des voies propres de la couleur. Ce qui mènera la peinture jusqu'à l'abstraction.
    Georges Roque, dans ce livre d'histoire de l'art et d'histoire des sciences, étudie la démarche de Chevreul, et l'extrême complexité des échanges qui eurent lieu entre les théories scientifiques de la couleur et la pratique artistique. Il nous fait vivre cette révolution du regard qui ouvre l'art à l'espace de la couleur - et pas seulement en peinture.

    Sur commande
  • Une douzaine de tableaux à peine peuvent être attribués à léonard avec quelque certitude ou quelque vraisemblance; et si l'on se référait au témoignage de ses contemporains, ce nombre se trouverait tout juste doublé ou triplé.
    L'emploi de son temps demeurerait donc une énigme, n'était l'existence des carnets. ceux-ci, en effet, comptent plus de cinq mille pages dont j'ai cherché à répartir le contenu sous quarante rubriques. je sais ce que mon classement a forcément de sommaire et d'incomplet, étant donné la variété infinie de la matière. car de cet homme qui exécuta quelques oeuvres d'art avec la plus divine perfection, on peut dire que toutes les branches du savoir lui furent familières et que ses travaux ont résumé tous les aspects d'une époque.
    Pour qui les a étudiés, ces manuscrits, produits de milliers d'heures d'activité cérébrale, attestent le travail de la plus puissante machine intellectuelle que fut jamais cerveau humain. nous sommes en présence d'ébauches d'un plan immense, approfondi, médité, mais jamais réalisé, et dont les traités - somme de recherches anatomiques, physiologiques et géologiques - ne forment qu'une partie, l'esquisse d'une vaste encyclopédie de la connaissance humaine.

    Sur commande
  • Le western

    Collectif

    Ce livre fut le premier qui tenta d'être à la fois une histoire, un commentaire et un répertoire de cette chose unique dans l'art du cinéma : le western, qu'André Bazin appelait «le cinéma américain par excellence». Le paradoxe est que le cinéma américain, la critique et l'histoire du cinéma ont, depuis, changé comme en proportion inverse d'un genre devenu presque historique, enfermé chaque jour un peu plus dans le musée imaginaire des enfances rêvées de l'Occident.
    Ainsi ce livre a peu changé. Remis à jour pour l'essentiel, il reste une référence.

    Édition publiée sous la direction de Raymond Bellour.

    Sur commande
  • Mozart et ses operas

    Rémy Sticker

    Qu'il soit à l'écoute du sociologue ou du psychologue, de l'homme de théâtre ou du musicien, notre contemporain interroge passionnément l'opéra de Mozart. Car il est tout cela aussi, le plus pur compositeur longtemps comparé à Raphaël, et qui se profile là entre Shakespeare et Marivaux. Comme eux, il a traversé les siècles en réfléchissant toujours quelque chose des temps nouveaux. Son sens aigu de ce qu'il nomme l'«effet» dramatique se manifeste avec une telle exigence dans la collaboration avec ses librettistes qu'il transfigure même les plus doués d'entre eux. Et, pour lui comme pour Goethe, il semble que toute contrainte se mue en promesse de liberté.

    Sur commande
  • Sur commande
  • On sait qu'il faut des années, voire des décennies pour faire d'une personne même douée un pianiste, un violoniste, un chef d'orchestre, un chanteur. Parvenus à ce qu'il est convenu d'appeler la maîtrise de leur art, ces musiciens continuent néanmoins à éprouver des difficultés et des incertitudes. Les raisons d'un tel état de choses sont faciles à comprendre : le compositeur, dont les oeuvres constituent la raison d'être de l'interprète, exige de celui-ci un effort de lecture qui est une des tâches les plus ardues qui soient. On peut dire qu'aucun interprète n'a jamais fini de déchiffrer un texte et qu'il réussit rarement à se confondre avec ce texte, à devenir le double du compositeur.
    Introduire un peu de clarté en ce domaine jusqu'à présent relativement peu exploré, tel est le but que se propose le présent ouvrage.

    Sur commande
empty